Accueil > Nos missions > Suivi des Indicateurs

Suivi des Paramètres Biologiques

Contenu de la page : Suivi des Paramètres Biologiques

Les suivis réalisés dans le cadre du Contrat Restauration? Entretien, permettent nottament de suivre l’évolution des habitats avant et après travaux par la réalisation d’indice biologique portant sur :

  • Les Macroinvertébrés benthiques (IBGN))
  • Les Diatomées ?(IBD)
  • Les Poissons (IPR)

Indice Biologique Global Normalisé

Dans la famille des indices biotiques ou indicateurs biologiques, l’Indice Biologique Global Normalisé (ou IBGN) est une méthode standardisée utilisée en hydrobiologie afin de déterminer la qualité biologique d’un cours d’eau. La méthode utilise l’identification des différents macroinvertébrés d’eau douce présents sur un site pour calculer une note. Cette note, d’une valeur de 0 à 20, est basée sur la présence ou l’absence de certains taxons bioindicateurs polluo-sensibles ainsi que sur la richesse faunistique globale du site.

L’Indice Biologique Diatomées

L’Indice Biologique Diatomées (IBD) est un outil d’investigation pratique de l’évaluation de la qualité des eaux mis à la disposition des gestionnaires des milieux aquatiques et applicable à l’ensemble des cours d’eau de France. Cet indice a été normalisé en 2000 (AFNOR NFT 90-354) ; cette norme a été révisée en 2007.

Après avoir récolté les diatomées benthiques par brossage des substrats durs (pierres, galets), l’échantillon est traité à l’eau oxygénée afin de pouvoir observer les frustules en microscopie optique, puis 400 individus sont identifiés et comptés.

L’évaluation de la qualité biologique globale par le calcul de l’IBD repose sur l’abondance des espèces inventoriées dans un catalogue de taxons, leur sensibilité à la pollution (organique, saline ou eutrophisation?) et leur faculté à être présentes dans des milieux très variés.

L’ indice poisson rivière (IPR)

C’est un des indices utilisés en France pour utiliser l’ichtyofaune (peuplements de poissons) des rivières en tant qu’indicateur de la qualité de la rivière qui les abrite. Il présuppose que la qualité de la faune piscicole donne une image de l’état écologique général du milieu.
L’IPR vise en particulier à évaluer l’écart existant entre la qualité du peuplement échantillonné par pêche électrique sur un site (dit « station ») et l’écopotentialité piscicole du site (un état de référence qui serait ce qu’on imagine être la population piscicole qui devrait être présente s’il n’y avait pas eu d’impacts significatifs de l’homme sur le milieu, et en amont et en aval. Pour cela il modélise1 les peuplements piscicoles tels qu’ils devraient être selon :

  • distance du point d’échantillonnage à la source ;
  • superficie du bassin-versant ;
  • largeur et profondeur moyenne (tirant d’eau) de la station
  • température moyenne de l’air (de janvier à juillet) ;
  • relation au bassin hydrographique?.

l’IPR été normalisé sous l’égide de l’AFNOR qui l’a validé en mai 2004, de manière à ce qu’il puisse être utilisé dans différents environnements, en France métropolitaine.

Galeries photos

A noter

3 stations sont suivis par le Sb Vaige :

  • la Vaige à la Bazouge de Chémeré (Pont de la Débitière)
  • la Vaige à Préaux (Grand Vauveron)
  • La Vaige à Sablé sur Sarthe (parc du château)