Accueil > Nos missions > Préservation des zones humides

Préservation des zones humides

Contenu de la page : Préservation des zones humides

Les milieux humides fournissent des biens précieux et rendent de nombreux services : épuration de l’eau, atténuation des crues, soutien d’étiage…

Définition

En France, selon l’article 2 de la loi sur l’eau du 3 janvier 1992, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année »

Fonctions

Quelques grands processus déterminent le fonctionnement des milieux humides, et les services rendus à la société. Trois fonctions majeures peuvent être identifiées :

  • Fonctions hydrologiques : les milieux humides sont des « éponges naturelles » qui reçoivent de l’eau, la stockent et la restituent.
  • Fonctions physiques et biogéochimiques : elles sont aussi des « filtres naturels », les "reins" des bassins versants qui reçoivent des matières minérales et organiques, les emmagasinent, les transforment et/ou les retournent à l’environnement.
  • Fonctions écologiques : Les conditions hydrologiques et chimiques permettent un développement extraordinaire de la vie dans les milieux humides.
Depuis 2014, le Syndicat du Bassin de la Vaige a inscrit la compétence "Gestion et Préservation des Zones Humides" à ces statuts.

A noter

Les zones humides abritent en France métropolitaine environ 25 % de la biodiversité, mais comptent parmi les habitats écologiques qui ont le plus régressé (-67 % en France métropolitaine au XXe siècle).